La jupe estivale spéciale

Mais pourquoi cette jupe estivale serait spéciale?

Comme vous le savez, je reprends une formation à partir de fin septembre afin de devenir accompagnante périnatale. Et là, que vois-je sur le site d’un de mes contact? La Paramana Doula Course se tient à Rennes pour trois jours à partir du 5 Juillet.

Et qu’est-ce que la Paramana Doula Course? C’est un séminaire de trois jours orienté vers la grossesse et l’accouchement, ainsi que l’allaitement animé par Michel Odent et Liliana Lammers : Tout ce qu’un(e) accompagnant(e) périnatal(e) doit savoir y est abordé. Les participants ont aussi la possibilité de poser leurs questions aux intervenants. 

Michel Odent est donc un gynécologue/obstétricien français qui est une référence en matière d’accouchement physiologique. Quant à Liliana, c’est une doula qui se me, son expérience, son « 6ème sens » en matière d’accouchement au service des femmes depuis vingt ans.

Parlons jupe

Bref, je vous ferais un petit résumé après y avoir participé, mais j’ai vraiment hâte d’y être!! Je pars donc en train la veille, le 4 juillet, et je suis très décidée à me coudre une jupe légère qui me permettra de me poser sur un coussin de façon confortable, et qui me permette de résister aux températures prévues. Je m’y suis mise le mercredi avec les enfants qui étaient sages, mais sages!

J’ai trouvé un arrière plan idéal dans la chambre
que j’avais réservé!

J’ai utilisé une jupe à moi comme « patron », parce que ladite jupe est ma préférée je pense. Le tissu est un voile de coton jaune que j’avais réservé pour la réalisation d’une Blouse Hoya de Deer & Doe. Mais lorsque j’ai vu les planches et tout les trucs à découper, ça m’a saoulée. J’ai posé une fermeture éclair de 40 cm sur le coté, et ô miracle, c’est la première fois que je la couds aussi bien! C’est vraiment une fermeture une invisible!

Oh! Une fermeture invisible!

J’y ai rajouté des petits ballons pour la rendre plus joyeuse.

Yo! Mais quels bras, quels bras… musclés!

Le petit détail

Pour prendre les photos, je n’avais que mon téléphone. Et j’y ai découvert une fonction retardateur, et une autre qui permettait de prendre trois photos à la suite. Je me sui mise au défi de faire les photos en une seule prise. Pari tenu, 10 secondes après avoir appuyé sur le bouton, Clic de face, clic de coté, et clic de dos. Et hop!

A tout bientôt pour vous raconter ces trois jours!

Jupe un peu Bohème

Une envie de jupe longue

Depuis le mois de janvier, j’ai entamé un rééquilibrage alimentaire ainsi que la reprise du sport : pilates, yoga et marche active. Ce qui m’a permis de perdre un tout petit peu de poids. Mais chaque chose en son temps. J’avais envie de me coudre une jupe longue depuis un moment, j’ai envie d’un peu de bohème dans a façon de m’habiller.

Cahier des charges : Utiliser un patron, du tissu que j’ai déjà. Et que ça ne soit pas trop compliqué à réaliser.

Patron Magnolia

Mon dévolu s’est posé sur le patron magnolia qui depuis sa sortie m’appelle, me guette, crie mon nom!! Mon tissu est un jersey aux imprimés attrapes-rêves que j’avais comme projet de tailler en jupe. Je n’avais pas assez de longueur pour faire toute la robe, du coup j’ai adapté le patron pour en faire une jupe.

L’érable japonais est beau non?

J’ai choisi la version longue avec la fente que je trouve ultra sexy.

La fente est haute
Cette photo met très bien en valeur mes bras potelés… Pouf pouf pouf
Je n’aurais JAMAIS dû mettre ce top!

Réalisation

Pour pouvoir placer toutes les pièces sur le morceau de tissu, j’avoue avoir beaucoup galéré. Par contre la couture est très simple. J’ai réalisé un ourlet roulotté pour me faciliter encore plus la tâche.

En ce qui concerne la ceinture, j’ai dû la rétrécir, j’ai ôté les deux bandes pour faire un nœud à l’arrière et j’ai à la place mis une bande élastique large à l’intérieur.

Pour conclure

J’aime beaucoup cette jupe. Je la trouve très belle. Elle est ample, elle est bohème, elle est loooooongue. Mais je suis mitigée. Je ne sais pas ce qui me chiffonne…

Qu’en pensez-vous?

A très bientôt. Servanne

Le vide, le noir, les constellations,

« Chaque être contient en lui un trésor qui ne demande qu’à être dévoilé »

Matthieu Ricard

Des étoiles… puis une lumière.

Juillet 2017, je m’effondrais littéralement, physiquement, psychologiquement. Je devenais l’ombre de moi-même, une Servanne que je ne connaissais pas. Je chutais, telle Alice au fond du puits, un puits sans fond, sans objets m’accompagnant. Seules la solitude, la peur, la colère, et encore maintes émotions négatives orbitaient avec moi.

Un an et neuf mois plus tard, après avoir souvent cru que je remontais alors que je continuais à tomber plus profondément encore, me voilà. Prise après prise je suis remontée vers la lumière qui avait disparue de mon horizon.

Des constellations

L’année dernière, j’ai pu bénéficier d’un Bilan Individuel de Compétences qui a mis en lumière des facettes de moi bien présentes, mais jamais exploitées d’un point de vue professionnel : l’empathie, la bienveillance, l’altruisme, et bien d’autres encore. Dans le même temps, je continuais à travailler sur ce burn-out professionnel et finalement personnel, maternel aussi.

Des étoiles

Tout ce travail personnel me permet de me relever, doucement, de faire face à la vie. D’apprendre à revivre, simplement. Je vais au fond des choses, au plus profond de moi-même pour me rappeler qui je suis, quelles sont mes valeurs. Dans mon terrier, tout doucement, des étoiles se mettaient à briller, quelques unes plus fortement que d’autres.

Enfin, la lumière

La lumière enfin est apparue, lors de mon Bilan Individuel de Compétences. Franchement, c’est un travail que je conseille à toute personne qui voit, sent que le mur approche! J’ai toujours été attiré par le monde périnatal : la grossesse, l’approche psychologique, les parents, l’accouchement, l’allaitement, l’accueil de l’enfant… Je vais donc devenir Accompagnante Périnatale.

Je vais avoir 37 ans cette semaine, et aujourd’hui, j’ai posté ma lettre de démission afin de créer mon entreprise et d’entreprendre une riche collaboration avec la sage-femme du village avec qui nous souhaitons proposer un accompagnement global à la fois médical et émotionnel.

Une nouvelle vie

Une nouvelle vie va commencer pour moi, ma famille. Je débute ma formation le 30 septembre 2019. J’ai peur, mais si heureuse de pouvoir tourner la page et d’achever ainsi ma reconstruction. Lorsque je me retourne et que je vois la souffrance qui a été la mienne pendant si longtemps, je pousse un grand soupir de soulagement.

Si vous souhaitez en savoir plus : CeFAP . Je ferais des articles au fur et à mesure de ma progression. Et vous dis à très bientôt pour de la couture peut-être?

Servanne

La Veste nénuphar

Une veste façon Kimono

Dès que la marque Deer & Doe a sorti ce modèle, je savais qu’il allait se trouver dans ma penderie. En plus, comme c’était peu après mon anniversaire et que mon chéri m’avait offert un bon pour un patron, c’était trop le bon moment.

Description du patron

Il s’agit d’une veste façon kimono, Nénuphar comporte de nombreux petits détails travaillés : des fronces au dos, un col façon blazer. Nénuphar peut aussi se décliner de manière folk dans sa version B avec manches longues froncées, et longueur légèrement rallongée ! Et c’est celle que j’ai choisi.

Ma version

J’aime beaucoup l’allure de ce modèle

Pour réaliser cette veste, j’ai utilisé un tissu que j’avais acheté lors d’un passage à Sainte Marie aux Mines il y a deux ans. J’attendais le bon patron pour le sortir de mon tiroir. Honnêtement, le patron est parfait comme d’habitude, extrêmement bien expliqué. Il ne m’a fallu qu’une matinée pour le décalquer et le réaliser. Tout en surjetant les bords. Et pourtant, la version B m’a l’air un peu plus longue à réaliser.

ça donne un style décontracté à une jupe crayon par exemple

J’adore les fronces à l’arrière et le fait que ça soit un peu oversize, comme j’ai des formes, je me sens très à l’aise, et cela me permet de porter des vêtements plus moulants que d’habitude.

J’aime ces manches très larges

Comme mon tissu est bleu façon jean, avec une trame blanche, j’ai décidé d’utiliser les points décoratifs de ma machine à coudre pour décorer les ourlets et le col.

Pour conclure

Le modèle

Franchement, le patron est super lisible, le livret d’explications, très compréhensible comme d’habitude. Je note tout de même un bémol : J’ai repris mes mesures, fait toujours du 42 et là, c’était carrément trop grand pour moi, les épaules ne tombaient pas correctement, les manches et le bas ouah, trop longs (ça je peux le comprendre, je suis mini). Du coup je n’ai pas trop compris et ai dû faire un gros travail de réajustement. Ce sont surtout les épaules qui ont été compliquées à refaire. je ne pouvais les laisser ainsi, le rendu était véritablement moche. J’ai dû ôter 5 cm. C’est énorme et je cherche encore d’où ça vient.

Le tissu

Alors là, c’est une énorme déconvenue pour moi. Il est très beau, en mélange de tissus et d’une espèce de fil en plastique blanc ce qui lui donne un toucher léger et agréable. A travailler, il est génial, pas besoin de fils de fronce, ils étaient déjà intégrés. Et pourtant… Après avoir renforcé tous les bords, réalisé un surjet, ce tissu se désintègre oui, carrément, se délite, aux coutures. Je ne sais pas combien de temps cela va tenir… Je me demande même s’il ne faudrait pas que je mette en place du thermocollant à toutes les coutures. Affaire à suivre.

En tous les cas, ce modèle, je vais le refaire. En wax j’aimerais beaucoup. Et vous, Nénuphar, c’est pour vous?

A très bientôt.