Jupe Azara

Azara, me voilà!

La jupe Azara, voilà un modèle que j’ai depuis sa sortie dans mon bac à patrons. régulièrement je le sortais, et feuilletais le livret d’explications en attendant de trouver le tissu adéquat.

Jupe Azara coté

J’ai enfin trouvé un tissu qui me plaisait, un jean léger, légèrement stretch avec des tous petits motifs, de coquillages, d’encres de marine… bref, LE tissu que je recherchait depuis longtemps.

Le patron Azara

J’ai opté pour la version A qui comprenait des boutons. Et surtout, 6 pièces à découper, je l’avoue. Quand tu as deux enfants, dont le deuxième est une tornade qui ne fait toujours pas ses nuits et qui n’a besoin pour récupérer en journée QUE de 1h45 voire 2h, t’es un peu crevée quoi… J’ai donc profité d’une matinée pour décalquer le patron, faire le ménage, vider le lave vaisselle, repasser mon tissu, lancer une machine… Bref. Ensuite, j’ai tout découpé, taille 42 parce que c’est ma taille habituelle et que je ne me pose plus de questions.

Tout a été parfait, franchement. J’ai tout assemblé et cousu en même temps à la surjeteuse. Aucune difficulté, vraiment.

Mais surtout, j’ai fait un test, que je voulais essayer depuis que j’avais vu l’émission de Cousu main qui parlait des bandes de pression qu’ils avaient cousu sur une robe.

Ni une ni deux, j’ai cousu ma bande de pressions! Et c’est TROP LA CLASSE! Bon, pas évident au début pour garder l’ensemble droit. Mais ça le fait.

J’ai rajouté des boutons décoratifs style argenté, et on n’y voit que du feu. J’en suis super satisfaite.

Le p’tit couac made in P’tite Mama?

Alleeeeeeeeeez, pas de couture sans couac !! Bon, j’avoue que celle là ne m’était encore jamais arrivé!

Alors? Est-ce que vous le voyez?

J’ai terminé l’ourlet de la robe avec le petit sur les genoux qui n’arrêtait pas de crier « Gako? Gako? », et qui mettait les doigts sous l’aiguille. Ma cousine n’allait pas tarder à arriver pour que Chotzele et moi puissions aller au restaurant avec ses collègues. Totale panique quoi! Alors? Vous ne voyez toujours pas?

Ben elle est de traviole ma jupe!!! Ah ah ah!! J’ai loupé l’ourlet!!! Ah celle-ci je ne l’avais jamais encore faite! Pour le moment, JAMAIS un perfect en couture, mais ça viendra…

Et aussi : je suis allée au resto avec une jupe de travers… ben voui m’dame, j’assume!

Bilan :

  • La jupe Azara est adaptée à ma morphologie
  • Les découpes sont comme d’habitude parfaites et mettent bien en valeur ce qu’il faut
  • La patte de boutons pression sera réutilisée, ça c’est certain
  • J’ai enlevé 4 bons cm de largeur
  • Bref, je l’adore déjà
  • Ah oui, j’oubliais le plus important : Ne jamais, au grand JAMAIS coudre avec un enfant affamé sur les genoux!

TAG :  La Couture & Moi / Les questions :

 

Pour terminer cet article, j’ai été taguée par lily sews et par Séléné, je réponds donc aux 10 questions posées par cousu by Nath sur le thème « la couture et moi »

As-tu été confronté(e) à des préjugés sur la couture ?

J’avoue que non. Mis à part des trucs du genre : ah c’est bien, je peux te filer mes ourlets à faire? Mes rideaux? Des boutons à recoudre? Non. Le seul préjugé que j’avais eu était celui de mon ex qui m’a dit : « Pff, de la couture? toi? tu n’y arriveras jamais! ». J’avais donc laissé tomber l’idée, et puis mon conjoint actuel m’a dit : ah ouais bonne idée. Et voilà.

Depuis quand couds-tu ?

Je couds depuis septembre 2011. Je n’avais jamais pris de cours de couture. et je me suis lancée comme ça avec la vieille machine Pfaff de ma belle maman qui cousait à l’envers… Donc il fallait que je reste avec le doigt sur le bouton pour faire le point arrière pour qu’elle aille dans le bon sens. Pas évident. Ensuite je me suis acheté une Singer avec 6 points de base. Et j’étais lancée.

Quel a été ton tout premier projet ?

Une gigoteuse pour la naissance de la nièce de mon conjoint. Avec fermeture éclair, doublure et tout ce qui bouge quoi! Quand j’y repense, j’aurais pu choisir plus simple quand même.

Qu’est-ce que tu aimes le plus coudre ?

Heu, vaste question. Je crois que ce sont les jupes que je porte très régulièrement. j’ai enfin trouvé ce qui va à ma morphologie, et depuis j’aime m’en coudre.

Au contraire, crains-tu de coudre certaines choses ?

OH oui!! les fermetures éclair sont mes bêtes noires! Il n’y en a JAMAIS une qui est parfaite! Je redoute aussi les smocks, je m’y suis essayée une fois, ça a été la catastrophe!

Quel est ton pire souvenir depuis que tu as débuté la couture ?

Je réfléchis, je réfléchis. déjà, je crois bien que ce sont toutes les robes que je me suis cousues tirées des livres japonais et qui ne m’allaient pas du tout! C’était horrible. Et en plus, je les mettais pour aller travailler. Il y a eu aussi, ce joli haut que je voulais me faire avec un tissu fluide : de la viscose avec un magnifique imprimé oiseau. Oh là là, le carnage. Il n’a jamais vu le jour. Parce que je ne savais pas qu’il fallait amidonner ce genre de tissu… Comment dire, à la fin, il ne restait que quelques lambeaux de mon superbe tissu, et je n’ai pas mon haut…

T’arrive t-il de faire des erreurs toutes bêtes ? Lesquelles ?

Ah je rigole!! A chaque couture, il m’arrive une chose toute bête que j’ai à présent décidé d’en faire un paragraphe à chaque fois… Genre la pièce à l’envers, la fermeture à l’envers, l’ourlet de travers, bref que des erreurs d’inattention à chaque fois!

Quelle est ta plus grande fierté lorsque tu crées quelque-chose ?

Alors déjà ma plus grande fierté est d’avoir cousu un Meï Taï pour porter mon petit, et qu’à 18 mois je le porte toujours dedans. ensuite, c’est la chemise réalisée pour le dernier concours T&N où j’ai vraiment cogité. Mais ma grande fierté en général est de porter des vêtements cousus et que personne ne le remarque ou qu’on me demande, tu l’as trouvé où? C’est que je me suis bien débrouillé et que j’ai bien fini le travail.

Quels sont tes prochains projets couture ?

Un manteau, ça je rêverais de m’en coudre un, ainsi qu’un pantalon. Sinon, dans des choses un peu plus réalistes, mon prochain projet est une robe Sureau.

Y a t-il du matériel de couture qui te fait rêver ?

Oui, j’aimerais une nouvelle machine à coudre Gritzner tripmatic. J’ai eu l’occasion de la tester, et vraiment, j’ai adoré. Ma Singer est vraiment vraiment de base, je ne peux régler la vitesse de couture, j’aimerais aussi un double entrainement… Bref.

En attendant, je tague quelques blogueuses dont j’aime l’univers. J’espère qu’elles joueront le jeu et inviteront leurs ami(e)s à faire de même : Bobines et petites sapes /Le B.A.BA de Béa / Les créations du Papillon

Allez, à bientôt

Servanne

Le tapis au crochet, mini tuto

Ahhh, un tapis au crochet… Vous vous souvenez? En Juillet, j’avais participé à un défi lancé par les Chouette Kit visant à apprendre en quatre semaines le crochet.

Après ça, j’ai crocheté des snoods, bonnets, corbeilles. Et surtout, je me suis lancé un autre défi, quelque chose dont je rêvais depuis belle lurette, à savoir réaliser un tapis au crochet de mes propres mains. Oui, un truc de longue haleine quand même.

Le cahier des charges :

Je voudrais un tapis qui soit :

  1. Rond
  2. Coloré
  3. Qui tienne bien face aux aléas de la vie car il ira dans la chambre de Bébé
  4. Grand (et là, je me dis : mais dans quoi tu te lances?)
  5. Avec de jolis motifs (ben oui, autant me lancer dans un véritable challenge non?)
  6. ne pas oublier que tu as un chat qui adoooooore les tapis.

Un tapis au crochet, c’est bien, mais comment?

J’ai pas mal réfléchi à la manière de procéder, fait de recherches sur internet, vu des tapis tressés, des tapis crochetés avec du trapilho, de la grosse laine. Je vois plein de choses en fait, mais pas ce que j’ai dans ma tête… J’ai en tête les motifs des Incas, ceux qu’on voit du ciel. Mais en même temps, je me rappelle que je ne sais crocheter que depuis peu. Un p’tit crobar?

J’ai envie de quelque chose qui irradie, de soleil, de rayonnement, mais en même temps de recentrage.

Étape 1 :

Tout d’abord, trouver le fil. Je ne voulais pas crocheter en lui même un gros fil pour ne pas avoir quelque chose de trop épais qui pourrait me faire chuter tellement je suis maladroite. Je suis donc allée au Temple de la laine vers chez moi : la Grange à Laine.

J’y ai trouvé un fil Katia X- treme qui se tricote avec des aiguilles 20, ainsi qu’un fil de coton satiné de couleur changeante. J’ai pris le fil de coton et je l’ai crocheté autour du plus gros en maille serrée tout en réalisant des augmentations au fur et à mesure.

Étape 2 :

J’ai ensuite enroulé le gros fil autour du cercle que j’avais crocheté (je me suis installée sur la grande table du salon), puis je l’ai fixé avec du scotch léger qui s’enlève facilement. J’ai alors pu dessiner mes premiers motifs en maille chaînette. Ça a été fastidieux pour la simple raison qu’il me fallait maintenir le gros fil bien en place. Une fois les dessins exécutés j’ai réaliser un autre cercle de plusieurs rangs en maille serrée. Le tout sans oublier d’augmenter régulièrement.

Étape 3 :

Dernières étapes et pas las plus simples, j’ai enroulé à nouveau le gros fil autour du précédent cercle crocheté. Et là, j’ai réalisé des coutures intérieures qui partent du centre du tapis jusqu’à l’extérieur. Il y en a 18. Puis à nouveau j’ai crocheté les motifs en maille chaînette. De nouveau installée sur ma table. Mais c’était rigolo car le tapis était plus grand que le diamètre de celle-ci alors fallait bien maintenir à chaque fois.

Étape 4 :

J’ai terminé par une rangée de mailles serrées, puis j’ai thermocollé le tout sur l’envers, avec un thermocollant très épais qui fera aussi office d’anti-dérapant.

J’ai adoré la réaction de mon fils lorsqu’il l’a vu dans sa chambre le soir en rentrant  : Wouahuuuuuu! Et ils s’est allongé dessus et l’a caressé longuement.

Réaliser ce tapis au crochet s’est révélé être pour moi de la méditation. j’y ai pris un réel plaisir. Je suis très fière de moi, d’être allée au bout des choses. Cela m’aura pris 19h30. Mais voilà, je l’ai fait. J’allais oublier, il mesure 1,10m de diamètre.

A très bientôt.

S.

 

Brume bicolore et en t-shirts recyclés

C’est l’histoire de deux t-shirts que Monsieur m’avait donné en faisant du tri dans son armoire. Est-ce qu’ils m’intéressaient? Bien sûr! Pour faire quoi avec? Je verrais, patience.

Une année plus tard, j’ai trouvé :

T-shirts et patron de Brume

Au départ, je n’ai sorti qu’un t-shirt gris car le jersey était en coton, assez épais, et que cette couleur va avec à peu près tout. Je me suis enroulée dedans, et me suis naïvement dit ceci : « Oh! Fastoche, je vais réussir à découper toutes les pièces dedans. « Que nenni! Me voilà en train de jouer au casse-tête chinois pour essayer de placer tous les morceaux de mon patron. Autant dire que c’était mission impossible. J’adore comme parfois je peux imaginer que les choses soient très simple. En fait souvent, tout me paraît simple. Genre : « Ah? Fixer un truc de 100 kg? Facile, une vis par ci, une par là. Hop hop hop le tour est joué. Quoi? Des murs en placo. hu hu hu?  » Bref.

Je suis donc allée fouiller dans ma malle à vêtements à recycler, et j’ai fini par trouver mon bonheur. Un t-shirt noir assez épais lui aussi, et avec peu d’imprimés. Parce que Monsieur n’a presque que de ça. donc pour refaire des choses dedans, c’est toujours un tantinet compliqué.

J’ai pris le parti de découper les cotés et la ceinture dans le jersey noir, et le reste dans le gris. Cela pourrait faire un contraste assez sympathique en mettant les formes désirées en valeur mais aussi en camouflant, grâce au noir, ma culotte de cheval.

Une Brume graphique

Après avoir cousu toutes les pièces ensemble et en évitant tous les imprimés, je trouve qu’elle est très graphique et moderne. Les petits hauts noirs que j’ai vont parfaitement bien avec. Le fait d’avoir les découpes à l’arrière dans le tissu gris met en valeur mon postérieur callipyge.

Oui, je sens que je vais beaucoup la porter, et même avec des jolies baskets, elle devrait être superbe.

Un petit couac tout de même

Est-ce que vous le remarquez ce petit couac? Lorsque j’ai cousu ma jupe, je me suis rendue compte que j’avais des difficultés à maintenir le tissu droit. J’ai tout assemblé à la surjetteuse, et donc en général, je n’ai aucun souci à garder le cap. Mais là, c’était bizarre. Je me suis rendue compte après réflexion et en pliant le linge que tous les t-shirts de Monsieur « vrillaient ». C’est vraiment bizarre, je n’arrive jamais à les plier droit, il n’y a pas de couture de coté, ils sont faits d’un bloc. je ne sais pas si je me fais bien comprendre… De sorte que lorsque j’ai pris les pièces où il y a la pliure de tissu, je n’ai pas remarqué le détail tout de suite. Donc ma jupe part un peu de coté. Est-ce grave Docteur?

A bientôt!

S.

 

Informations pratiques :

Patron : Jupe Brume de Deer & Doe

Tissus : t-shirts de monsieur

Temps de réalisation : 1h30