Double-fil? Vous parlez d’un concours?

vue du dessous de la réalisation du concours double-fil

Double-fil

Comme chaque année, Thread & Needles nous propose un concours de couture en automne. Une bonne occasion de se remettre en douceur à coudre après la rentrée toujours agitée, avec ses premières gastros, rhumes, bronchites tous droits venus de l’école.Cette année, le thème est Double-Fil. Le titre, quand tu le lis, tu te dis OMG (Oh My God), mais à quelle sauce allons-nous être mangé(e)s?

Le cahier des Charges

Introduction de la rédaction : « Ce que nous entendons par double-fil : fil tissé, tricoté, brodé, plié, feutré, matelassé, noué, crocheté, smocké, déchiré, tressé, teint, feutré … faites subir aux fils de votre ouvrage toutes les techniques imaginables (en tout cas, au moins 2 !) pour créer un vêtement ou une tenue unique ! »

  • Que ce soit un vêtement portable au quotidien
  • Que j’explique le cheminement de pensée qui m’a amenée à créer ce vêtement en particulier.
  • Expérimenter, créer, bref s’éclater.
  • Montrer le fil dans tous ses états.

Du jean, encore et toujours

Vous savez à présent que le jean est ma matière fétiche. Qui plus est, ce que j’adore par dessus tout, c’est le recycler à l’infini. J’aime en faire tout un tas de choses. Donc j’ai récemment demandé à tous ceux que je connais de ne surtout pas les jeter! Malheur à vous!

Eh bien, cette fois-ci encore, j’ai vu dans ce double-fil l’occasion de me lâcher d’essayer plusieurs techniques.

C’est parti!

Destructuration puis restructuration

Vue d'ensemble devant de la réalisation pour le concours double-fil

J’ai utilisé pour créer puis réaliser cette jupe longue pas moins de 4 jeans afin de pouvoir jouer avec l’endroit, le devant et les couleurs de la matière. Tous en tout cas sont légèrement stretch.

J’ai découpé, déchiré, pour faire apparaître la trame des tissus. J’ai gardé un haut intact pour partir sur une bonne base.  Puis, réassemblé les morceaux qu’il me restait pour faire un patchwork. Le morceau obtenu mesurait 1,40 m par 1,20 m avec que des bandes oblique. Je l’ai ensuite plié en triangle, coupé à la base, recoupé les triangles ainsi obtenus, et réassemblés. Quel bazar me direz vous hein? Eh bien oui, à un moment je me suis demandée où est-ce que j’allais avec tout ça. Tout simplement à la mise en forme de ces morceaux : une jupe longue en patchwork de jeans.

Le Mola ou Mor

Vue d'ensemble arrière de la réalisation pour le concours double-fil

Autrement appelé aussi la technique de l’appliqué inversé. Il est extrêmement intéressant afin d’utiliser les chutes de tissus restant d’autres créations.

Je vis souvent dans mon petit monde, peuplé d’êtres imaginaires, de lutins, de plantes en bourgeons qui lorsqu’elles produisent des fleurs donnent au monde leurs graines de bonheur. Un monde tout en arabesques. En ce moment d’ailleurs, ce monde est en train de parvenir à la réalité grâce au dessin notamment. 

Détail du Mola ou Mor utilisé pour le concours double-fil

J’ai réutilisé des poches de jeans pour en faire des sortes de pots d’où tomberaient des gouttes de pluie pour arroser mes fleurs imaginaires.

Le Yarn Couching

Comment décrirais-je cette technique? C’est un type de broderie où l’on utilise du fil plus ou moins épais que l’on brode avec un fil plus fin sur le tissus afin de créer des motifs qui viendront embellir vos créations. Je ne sais pas si je me suis faite comprendre…

Pour cela, j’ai dessiné des plantes tout en rondeurs dont certaines sont en bourgeons, que j’ai rempli au point lancé pour obtenir de jolis dégradés.

Détail du Yarn couching pour le concours double-fil

Pour conclure?

Trois techniques utilisées pour réaliser cette jupe longue

  • Le patchwork
  • Le Mola (ou Mor)
  • Le Yarn Couching
Détail des techniques utilisées pour le concours double-fil

Un vêtement portable au quotidien

Je l’ai en effet déjà lavée, portée, repassée. Et elle est d’un agréable que ce soit avec des talons, des bottes (c’est qu’il commence à faire froid). Je pensais qu’elle serait lourde avec tous ces morceaux de tissus, de fils… Eh bien pas du tout. J’en suis ravie.

Un vêtement entièrement fait de matières recyclées

Oui, je n’ai acheté aucune fourniture pour réaliser ce vêtement. Ce ne sont que des jeans récupérés, du tissu gardé de précédentes réalisations, du fil de mon projet du concours dernier, des fils moulinés que j’ai depuis au moins 10 ans et que j’ai ressortis. Mes aiguilles, ma machine, du temps, et surtout de l’imagination et du plaisir!

Et vous? Ce concours, il vous inspire quoi?

Mobile Féerique

Au départ, je faisais des recherches afin de créer une suspension pour la lumière de notre chambre. j’en avais assez de voir a jolie boule en papier et son envolée de papillons. J’avais envie de quelque chose qui bouge avec le vent. Je suis tombée sur les himmelis. Quelle beauté. Quelle délicatesse.

J’ai fait un petit test avec des pailles en plastique, et j’ai trouvé cela assez simple. J’ai donc commencé à créer quelque chose de plus grand. Puis les idées sont venues au fur et à mesure.

J’ai entouré chaque paille de cordelette en fil de coton de couleur changeante à la façon bracelet brésilien, ce qui donne du volume à la suspension. Les triangles créés sont reliés entre eux par des fils de cuivre représentant d’un coté le yin et le yang, en face un arbre de vie puis des deux autres cotés des « herbes folles ».

Les pailles de la base quant à elles sont recouvertes de fil en matière naturelle, enroulés serrés. A leur intersection se trouve une pierre plate que mon fils m’avait ramassé quand il était petit et que j’aime beaucoup, voir passionnément. Je l’ai sertie dans du fil de cuivre, et suspendue à du fil naturel que j’ai décoré avec des perles récupérées sur un collier.

Aux extrémités des pailles de base se trouvent des feuilles en laine feutrée et des perles en bois. Au milieu, sur un fil léger, des perles suspendues, plates afin que le moindre mouvement d’air les faces danser.

Puis au centre de la construction, de cet himmeli se trouve une plume de paon trouvée au parc.

Je trouve que tout y est harmonieux. J’aime beaucoup la regarder bouger, danser. Ce n’est finalement pas un luminaire mais je ne le regrette absolument pas. J’y ai mis tout ce que j’avais de beau en moi à ce moment là.

Je vous mets une petite vidéo, je n’ai pas réussi à avoir une plus jolie luminosité ni à la centrer, soyez indulgents s’il vous plaît, c’est une première.

A très bientôt. Servanne

Se laisser aller

Depuis le mois de Juillet, plus une trace de moi, ni chez les copines de couture, ni ailleurs. Non pas que je sois une grande utilisatrice chez Instagram et tout le reste.

Ces grandes vacances ont été pour moi un moment de récupération. Un moment de réapprentissage d’une vie simple étant donné tout ce que j’ai traversé l’année passée. Ça a été aussi l’occasion de la reconnaissance, enfin, de ma maladie professionnelle et l’autorisation de faire un Bilan Individuel de Compétences qui a débuté en tout début Septembre.

Malgré un incident de parcours fin juillet, le virage est amorcé, un début de lumière apparaît. Cela fait du bien.

J’ai beaucoup réfléchi en ce qui concerne ce blog, cet espace que je me réserve. Je ne sais pas trop quoi en faire, je suis toujours en réflexion. J’aime beaucoup parcourir les autres univers qui me paraissent beaucoup plus riches que le mien. Mais n’est-ce pas là l’enjeu de la diversité? C’est à la base un blog de couture, mais cette année je ne suis pas assez forte pour me concentrer autant. Cela ne veut pas dire que je ne fais rien, mais c’est beaucoup plus simple. J’avais pleins d’idées en tête! Un manteau, une robe en jersey, un pantalon. De gros défis que finalement, je n’arriverais pas à me lancer.

Je me fais passer avant tout, ainsi que ma famille et essaie de ne plus me mettre la pression. Je me suis inscrite à la danse contemporaine, un truc que je voulais toujours essayer. Je prends soin de moi. Simplement.

Parlerons-nous quand même couture?

Mais oui les loulous!

Cet été, j’étais invitée à un mariage. Et voici la robe que je me suis cousue :

Une robe colorée :

Une robe dansante :

Une robe sexy :

Là, je me marre

Une robe que je n’ai pas pu porter pour un mariage :

Nous étions en vacances loiiiin

Mais je l’ai quand même portée cet été car je la trouve trop belle…

A bientôt les loulous!

Servanne