Mobile Féerique

Au départ, je faisais des recherches afin de créer une suspension pour la lumière de notre chambre. j’en avais assez de voir a jolie boule en papier et son envolée de papillons. J’avais envie de quelque chose qui bouge avec le vent. Je suis tombée sur les himmelis. Quelle beauté. Quelle délicatesse.

J’ai fait un petit test avec des pailles en plastique, et j’ai trouvé cela assez simple. J’ai donc commencé à créer quelque chose de plus grand. Puis les idées sont venues au fur et à mesure.

J’ai entouré chaque paille de cordelette en fil de coton de couleur changeante à la façon bracelet brésilien, ce qui donne du volume à la suspension. Les triangles créés sont reliés entre eux par des fils de cuivre représentant d’un coté le yin et le yang, en face un arbre de vie puis des deux autres cotés des « herbes folles ».

Les pailles de la base quant à elles sont recouvertes de fil en matière naturelle, enroulés serrés. A leur intersection se trouve une pierre plate que mon fils m’avait ramassé quand il était petit et que j’aime beaucoup, voir passionnément. Je l’ai sertie dans du fil de cuivre, et suspendue à du fil naturel que j’ai décoré avec des perles récupérées sur un collier.

Aux extrémités des pailles de base se trouvent des feuilles en laine feutrée et des perles en bois. Au milieu, sur un fil léger, des perles suspendues, plates afin que le moindre mouvement d’air les faces danser.

Puis au centre de la construction, de cet himmeli se trouve une plume de paon trouvée au parc.

Je trouve que tout y est harmonieux. J’aime beaucoup la regarder bouger, danser. Ce n’est finalement pas un luminaire mais je ne le regrette absolument pas. J’y ai mis tout ce que j’avais de beau en moi à ce moment là.

Je vous mets une petite vidéo, je n’ai pas réussi à avoir une plus jolie luminosité ni à la centrer, soyez indulgents s’il vous plaît, c’est une première.

A très bientôt. Servanne

Se laisser aller

Depuis le mois de Juillet, plus une trace de moi, ni chez les copines de couture, ni ailleurs. Non pas que je sois une grande utilisatrice chez Instagram et tout le reste.

Ces grandes vacances ont été pour moi un moment de récupération. Un moment de réapprentissage d’une vie simple étant donné tout ce que j’ai traversé l’année passée. Ça a été aussi l’occasion de la reconnaissance, enfin, de ma maladie professionnelle et l’autorisation de faire un Bilan Individuel de Compétences qui a débuté en tout début Septembre.

Malgré un incident de parcours fin juillet, le virage est amorcé, un début de lumière apparaît. Cela fait du bien.

J’ai beaucoup réfléchi en ce qui concerne ce blog, cet espace que je me réserve. Je ne sais pas trop quoi en faire, je suis toujours en réflexion. J’aime beaucoup parcourir les autres univers qui me paraissent beaucoup plus riches que le mien. Mais n’est-ce pas là l’enjeu de la diversité? C’est à la base un blog de couture, mais cette année je ne suis pas assez forte pour me concentrer autant. Cela ne veut pas dire que je ne fais rien, mais c’est beaucoup plus simple. J’avais pleins d’idées en tête! Un manteau, une robe en jersey, un pantalon. De gros défis que finalement, je n’arriverais pas à me lancer.

Je me fais passer avant tout, ainsi que ma famille et essaie de ne plus me mettre la pression. Je me suis inscrite à la danse contemporaine, un truc que je voulais toujours essayer. Je prends soin de moi. Simplement.

Parlerons-nous quand même couture?

Mais oui les loulous!

Cet été, j’étais invitée à un mariage. Et voici la robe que je me suis cousue :

Une robe colorée :

Une robe dansante :

Une robe sexy :

Là, je me marre

Une robe que je n’ai pas pu porter pour un mariage :

Nous étions en vacances loiiiin

Mais je l’ai quand même portée cet été car je la trouve trop belle…

A bientôt les loulous!

Servanne

Brume bicolore et en t-shirts recyclés

C’est l’histoire de deux t-shirts que Monsieur m’avait donné en faisant du tri dans son armoire. Est-ce qu’ils m’intéressaient? Bien sûr! Pour faire quoi avec? Je verrais, patience.

Une année plus tard, j’ai trouvé :

T-shirts et patron de Brume

Au départ, je n’ai sorti qu’un t-shirt gris car le jersey était en coton, assez épais, et que cette couleur va avec à peu près tout. Je me suis enroulée dedans, et me suis naïvement dit ceci : « Oh! Fastoche, je vais réussir à découper toutes les pièces dedans. « Que nenni! Me voilà en train de jouer au casse-tête chinois pour essayer de placer tous les morceaux de mon patron. Autant dire que c’était mission impossible. J’adore comme parfois je peux imaginer que les choses soient très simple. En fait souvent, tout me paraît simple. Genre : « Ah? Fixer un truc de 100 kg? Facile, une vis par ci, une par là. Hop hop hop le tour est joué. Quoi? Des murs en placo. hu hu hu?  » Bref.

Je suis donc allée fouiller dans ma malle à vêtements à recycler, et j’ai fini par trouver mon bonheur. Un t-shirt noir assez épais lui aussi, et avec peu d’imprimés. Parce que Monsieur n’a presque que de ça. donc pour refaire des choses dedans, c’est toujours un tantinet compliqué.

J’ai pris le parti de découper les cotés et la ceinture dans le jersey noir, et le reste dans le gris. Cela pourrait faire un contraste assez sympathique en mettant les formes désirées en valeur mais aussi en camouflant, grâce au noir, ma culotte de cheval.

Une Brume graphique

Après avoir cousu toutes les pièces ensemble et en évitant tous les imprimés, je trouve qu’elle est très graphique et moderne. Les petits hauts noirs que j’ai vont parfaitement bien avec. Le fait d’avoir les découpes à l’arrière dans le tissu gris met en valeur mon postérieur callipyge.

Oui, je sens que je vais beaucoup la porter, et même avec des jolies baskets, elle devrait être superbe.

Un petit couac tout de même

Est-ce que vous le remarquez ce petit couac? Lorsque j’ai cousu ma jupe, je me suis rendue compte que j’avais des difficultés à maintenir le tissu droit. J’ai tout assemblé à la surjetteuse, et donc en général, je n’ai aucun souci à garder le cap. Mais là, c’était bizarre. Je me suis rendue compte après réflexion et en pliant le linge que tous les t-shirts de Monsieur « vrillaient ». C’est vraiment bizarre, je n’arrive jamais à les plier droit, il n’y a pas de couture de coté, ils sont faits d’un bloc. je ne sais pas si je me fais bien comprendre… De sorte que lorsque j’ai pris les pièces où il y a la pliure de tissu, je n’ai pas remarqué le détail tout de suite. Donc ma jupe part un peu de coté. Est-ce grave Docteur?

A bientôt!

S.

 

Informations pratiques :

Patron : Jupe Brume de Deer & Doe

Tissus : t-shirts de monsieur

Temps de réalisation : 1h30